Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Retour à la case départ

Par  |  0 commentaire

Aujourd’hui, j’écris un billet rédigé non pas de Montréal mais d’un petit village français. Un retour aux sources choisi, mais qui implique pas mal de changements…

J’ai été travailleuse autonome la plus grande partie de ma vie professionnelle, avec des parenthèses en milieu de travail classique, horaires de bureau, discussions autour de la machine à café et assurances collectives compris. Mais je suis toujours revenue à un agenda, disons un peu plus atypique, et ce, tant comme journaliste que comme massothérapeute.

Dans les dernières années, j’ai développé une clientèle d’abord composée d’amis, puis le champ des possibles s’est élargi. Bref, une évolution somme toute naturelle. Jusqu’à ce qu’une journée du printemps dernier mon chum et moi remettions sur le tapis le projet de vivre quelque temps en France… me faisant remiser mon tapis de massage.

Provisoirement en tout cas, le temps de mettre en branle notre départ avec tous les processus que cela implique. Et puis, fin août, nous voilà débarqués en famille dans l’Hexagone. Et une fois les procédures administratives à peu près toutes réglées, s’est posée la question de mes projets professionnels. Je repasse par la case départ du Monopoly sans toucher les centaines de dollars… euh, euros! D’abord, tout mon matériel est à Montréal. Mon local et ma clientèle aussi.

Il va falloir que, de nouveau, je me fasse connaître, que je publicise mes soins, bref que je m’adonne à ce qui est l’équivalent d’un mal nécessaire pour moi : l’aspect marketing de mon boulot. Mais je me console en me disant que ce n’est que provisoire, et que je vais fort probablement trouver des surprises (les bonnes surpassant les mauvaises) au détour, comme des rencontres et des apprentissages. À ce jour rien que le fait d’avoir les montagnes non pas en fond d’écran, mais comme vue quotidienne me confirme que ce choix est le bon…

Et les jours où je regretterai d’avoir fait le choix de recommencer encore et encore, ces jours où la motivation et l’énergie qui vient avec seront allées voir ailleurs si elles y sont, je me souviendrai de pourquoi j’ai fait les choix que qui m’ont amenée là, et que la routine, si elle est confortable et rassurante, porte aussi en elle une forme d’immobilisme qui ne me convient pas. Enfin, je garderai en tête que ce changement est une pierre à l’édifice de ma vie, que si tout se passe bien je le verrai dans quelques années comme l’initiative d’un projet plus grand.

En attendant, je vais me répéter ces mots de Jacques Brel : «La qualité d’un homme se calcule à sa démesure; tentez, essayez, échouez même, ce sera votre réussite.»

Sylvie Michelon a quitté la France en 1996 pour faire une maîtrise en littérature à l’Université de Sherbrooke. Par la suite elle passera plusieurs mois en Argentine, et reviendra à Montréal pour mieux repartir… en Amérique du Sud. Ayant ramené des reportages de ses voyages dans différents pays elle commencera une carrière de journaliste. Après avoir travaillé comme pigiste et dans plusieurs équipes de rédaction, elle décide de prendre un autre chemin pour trouver l’équilibre dans sa vie. Une pratique régulière du hatha yoga depuis une dizaine d’années combinée à un intérêt accru pour les médecines complémentaires et le travail énergétique l’ont amenée à étudier en massothérapie et à devenir dans un premier temps praticienne en massage yoga thaïlandais. Elle fait aujourd’hui partie d’une équipe de 8 thérapeutes représentant 6 disciplines (ostéopathie, hypnothérapie, acupuncture, etc) travaillant à la clinique Espace Individuus (http://www.espaceindividuus.com/) Maman et belle-mère de deux filles, elle continue de se former en massothérapie, motivée par la découverte des aspects thérapeutiques de plusieurs techniques, de même qu'en naturothérapie. Sylvie est membre du Regroupement des massothérapeutes du Québec (RMQ).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *