Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Pratiquez-vous yama?

Par  |  0 commentaire


Parfois, s’amuser de nous-mêmes est une des choses les plus importantes dans la pratique du yoga. Avec beaucoup d’humour, je vous propose quelques pistes qui montrent que tu es sur le chemin du sadhaka. Même si ce n’est pas toujours facile, cela doit rester néanmoins un tant soi fun et amusant. Yama est le premier pilier de l’Ashtanga yoga (il y en a 8). Il reprend les règles de la société afin que le yogi puisse vivre en harmonie dans la société.

Il y a 5 yamas:

Ahimsa: la non-violence.

Pratiquer Ahimsa, cela veut dire, rester chez soi dans le noir sur son tapis et ne plus bouger. La non-violence, non, mais quoi encore. Dans cette société dès qu’on allume la télé, on ne la pratique déjà plus. Alors je vous invite à vous poser la question et m’expliquer comment vous faites pour pratiquer Ahimsa. Parce que c’est bien simple, moi je n’y arrive pas et pourtant je n’ai pas le câble.

Satya: dire la vérité.

Facile non? Dire la vérité, toute la vérité, je le jure. Non, mais quoi encore. Imagine-toi à table avec ta famille. Tout le monde parle de futilités et toi tu n’as qu’une envie, leur crier: “Réveillez-vous, vous m’ennuyez avec tous vos trucs et on s’en fout que machin s’est acheté une nouvelle voiture” ou bien leur parler de votre ressenti du genre: “ Hier, j’ai fait un rêve conscient, c’était méga cosmique, mon troisième œil était bien ouvert et aujourd’hui, je suis en paix avec moi-même et l’univers”. Cher Satya, je vois déjà leur tête, avec des gros yeux ronds de surprises et les joues de 3 mètres tellement les mâchoires leur tombent en les entendant penser: “Mayday mayday, on l’a perdue”

Asteya: l’honnêteté.

Ben oui, l’honnêteté c’est harmonieux. Sauf que lorsqu’il n’y a que toi qui la pratiques, tu te demandes un peu si tu n’es pas le dindon de la farce. Je ne veux pas lancer de polémique, mais chacun en fonction de son environnement et de son expérience tirera ses conclusions.

Brahmacharya: le contrôle des sens et de la sensualité.

Celui-là, c’est un piège en soi. Nous sommes constamment en train d’utiliser notre sensualité. De manière consciente ou non. Dans cette société hypersexualisée, pratiquer Brahmacharya est un vrai challenge. Surtout lorsque tu sors en boîte, que tu rencontres quelqu’un et que tu lui dis (comme tu pratiques Asteya, tu dois lui dire TOUTE la vérité): “Il nous faudra attendre le mariage, car je suis une yogi qui pratique Brahmacharya, c’est important pour qu’un jour, je puisse me réaliser en tant que yogi. Hihi, juste imaginer la scène et la tête du mec quand tu lui auras expliqué le concept, ça me fait rigoler.

Aparigraha: la non-possessivité aux biens matériels.

Alors là, c’est le top du top, la non-possessivité dans un monde où on est censé expérimenter la matérialité, c’est un peu un paradoxe non? Êtes-vous prêts à donner tout ce que vous avez pour avancer sur la voie du Sadhaka? Votre voiture, votre maison, vos fringues et même votre tapis de yoga? Je ne suis pas une collectionneuse, mais la non-possessivité est un concept qui me dépasse. Enfin, ça dépend pourquoi? Je veux bien tout laisser si je sais que quelque chose de mieux m’attend ailleurs. Je l’ai déjà fait et finalement ,c’est vrai que ce n’est pas désagréable. Ça enlève un poids.

Bon ben, ce n’est pas tout ça, il faut que je retourne à mes yamas, niyamas, asanas, mantras, etc. En plus de tout ça, il faut bosser, s’occuper du fiston, des courses et j’en passe. Du coup, ça ne me laisse pas beaucoup de temps, heureusement qu’une heure de yoga nidra est égale à quatre heures de sommeil. Sinon, je ne sais pas comment je tiendrais. LOL

N’oubliez pas que tout ça, c’est pour rire. Chacun pratique Yama comme bon lui semble, il n’y a pas de règles. C’est surtout une question d’alignement, de ressentis et surtout d’avancer en accord avec soi même.

À bientôt et partagez cet article s’il vous a plu.

Merci pour vos retours et vos commentaires, c’est toujours intéressant d’avoir vos avis.

Letizia

 

Crédit photo: Matt Madd

 

Passionnée, artiste et curieuse, Letizia commence le yoga en 2003. Elle pratique régulièrement et décide de suivre la formation de Yoga Iyengar à Bruxelles en 2013. Cerfifiée depuis 2016, elle enseigne en Belgique. Elle se forme continuellement afin de développer ses connaissances et de trouver sa propre façon d’enseigner. Passionnée du web et de dessin, elle blogue sur le yoga et suit une formation pour développer ses techniques d’illustration. Intéressée par la relaxation, ses prochains objectifs, développer ses connaissances en massage ayurvédique et en Yoga Nidra. Elle adore partager et parvenir à communiquer un peu de bien-être et de joie chez ses étudiants et dans sa communauté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *