Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Les enfants et la spiritualité

Par  |  0 commentaire


L’approche des Fêtes, un moment tant attendu par les enfants. Cette période de l’année m’a inspiré à vous parler de ces petits êtres au cœur pur – les enfants. En effet, les enfants ont une grande sensibilité et un profond ressenti face à la spiritualité, la conscience et le non-matériel.

Ces petites âmes qui viennent s’incarner sur terre sont de plus en plus éveillées et conscientes; pas surprenant que notre système d’éducation soit indisposé à suivre le mouvement de leurs changements vibratoires. Cette grande réceptivité peut s’avérer être en lien aux troubles d’apprentissage, au déficit de l’attention, au stress émotionnel (EABI, enfant au besoin intense), à la dysphasie (trouble du langage écrit et verbal) et bien d’autres. Mais pourquoi? Les enfants ont souvent de la difficulté à s’ancrer dans l’incarnation – c’est un processus d’apprentissage. En effet, plus l’âme est élevée en fréquence vibratoire, plus elle veut rester où elle est, surtout avec le rythme de notre vie.

La fréquence devient alors de plus en plus intense, et ce, même pour nous les adultes. Imaginez alors pour les enfants ! Pourquoi ? Parce que les enfants, dans leur pureté, viennent élever les consciences. Et ce n’est pas simplement dans notre monde d’adulte (présentement). Il faut le dire, nous amorçons doucement  un changement sur le plan collectif. C’est pourquoi il faut réajuster leur encadrement. Il est important de reconnaître cet aspect et de les encourager à communiquer leurs questions ou leurs intérêts face à la conscience.

Comme je vous en ai parlé dans le billet précédent, j’ai été plongé bien jeune dans cet univers. Mon intérêt était toujours vif pour tout ce qui s’apparentait: au monde de l’invisible, la vie après la mort, les entités, la méditation, la réincarnation, le Reiki, les fées, les anges, Dieu, etc. On m’a souvent encouragé dans mes croyances, en répondant à mes questions, sans que je sois jugée.

J’ai pu suivre ma formation comme praticienne Reiki quand j’ai manifesté l’intérêt de le faire. Lorsque je me trouvais dans cet espace réconfortant, je me sentais vraiment moi-même, j’avais une grande confiance en moi. À l’école, ou avec d’autres enfants de mon âge, c’était autre chose, je me sentais particulièrement étrangère: j’ai eu des difficultés d’apprentissage, surtout dû au trouble du déficit de l’attention. On m’installait dans un local ou j’étais seule pour faire mes examens, tant je pouvais être déconcentrée. Je peux vous dire aujourd’hui que mon déficit de l’attention est toujours présent, mais beaucoup plus contrôlé. Je n’ai pas fait l’université, mais j’ai trouvé ma place dans l’enseignement du yoga.

Ce ne sont pas tous les enfants qui sont nés pour la médecine ou les sciences. Nous avons aussi besoin de médecins de l’âme / du cœur et des guides pour nous connecter à notre guérison intérieure. Si votre enfant développe un intérêt pour les sciences de la conscience, le yoga et la méditation, nous avons la responsabilité -en tant qu’adulte- de leur permettre de nourrir cette passion, ou toute autre passion d’ailleurs, et d’en faire avant tout un outil de développement du plein potentiel. Qui sait, cela pourrait les guider à en faire une profession?

 

Si vous avez lu Autobiographie d’un Yogi, vous savez que Paranansa Yogananda à initié en 1917 en Inde, l’école The art of living pour jeunes garçons, qui permettait aux étudiants, de non seulement apprendre à lire, à écrire et à compter, mais aussi d’apprendre à vivre, à méditer et à s’harmoniser à soi-même pour être capable de le faire avec les autres. Le yoga était aussi enseigné et plusieurs cours étaient donnés à l’extérieur pour aider les enfants à se lier à la nature (essence même de toutes choses), tout ça dans la même institution.

Les écoles commencent à cultiver le yoga et la méditation comme un outil d’aide à l’apprentissage. Peut-être que si j’avais eu ces dispositifs dans ma jeunesse j’aurais fait une maîtrise (rire)? Blague à part, on commence à voir une progression quant à l’importance d’introduire cet outillage pour aider les jeunes à maitriser: leurs émotions, l’anxiété et le stress. De plus, j’ai eu le plaisir d’accueillir, lors de certains cours de yoga détente et plus méditatifs, à Centre Yoga Santé, des jeunes filles âgées de 10 et 12 ans qui venaient accompagnées de leurs mamans. De voir leur intérêt, leur concentration et leur sérieux envers la pratique m’a confirmé qu’il y a une grande maturité et une compréhension de la part des enfants.

Comment continuer à les encourager ? Par la disponibilité de ces outils. S’ils ne sont pas encore complètement dans nos écoles, trouvez des endroits près de chez vous si l’intérêt est marquant. Il y a même des rencontres où les enfants sont bienvenues, il suffit de demander. À partir de 10 ans, la maturité est assez présente pour qu’ils puissent vous accompagner, en yoga, méditation et même, lors de conférences qui suscitent leur attention et leur questionnement. J’ai suivi ma mère dans beaucoup de rencontres du même ordre, par ma propre volonté, toujours. Cela n’a fait que croître ma sollicitude, répondre à mes questions et m’aura permis de trouver un endroit ou j’étais connectée à moi-même et où je me sentais toujours aimée et en sécurité.

Source de l’image à la Une: Pinterest 

J’ai été introduite à la pratique du yoga il y a maintenant 6 ans.J’ai entamé cette passion avec le yoga chaud et le yoga Kundalini. Mon intérêt pour la mode, pour le beau et la transformation, m’amène à faire carrière comme Styliste vestimentaire. Depuis plusieurs années, j’incorpore ces deux intérêts au profit de l’Être. Avec une formation en yoga, Reiki et accompagnement en soins palliatifs, mon intérêt pour le yoga dynamique , telle la méditation en mouvement comme le Vinyasa, Hatha Flow et le Kundalini, j’aime pouvoir offrir en symbiose le flow du moment présent et dynamiser le corps pour son plus grand bien-être. En offrant un enseignement en prénatal, yoga doux et adapté, je sais tout aussi offrir aux gens un bienfait dans la détente et les pratiques plus Yin, restauratives, adaptées et introspectives, et aussi par la méditation guidée, le pranayama, et la relaxation. Je qualifie ma pratique de polyvalente et connectée aux besoins du moment, avec une touche d’intuition, de bien-être et de beauté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *