Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

L’art de ne rien faire

Par  |  0 commentaire


Chères yogis!

Pour vous, les vacances se résument sans doute à un teint bronzé qui sera bientôt chose du passé et à des souvenirs qui ont pâli avant la rentrée.

Je ne voudrais pas vous narguer, mais au moment où j’écris ces lignes, les miennes ne font que commencer. Et encore, la même éternelle et sempiternelle question vénéneuse revient en boucle : qu’est-ce qu’on fait? Plage, zoo pour les adeptes, promenade, randonnée, cinéma et pop corn les jours de pluie, camping qui nous permet de renouer avec nos racines, de dormir presque à même le sol, dans une tente, une cloison très fine entre nous, les dormeurs en vacances et les ratons-voleurs, renards, écureuils, et même ours.

Pour ma part, inconsciemment, le verbe faire est d’une importance capitale. À un point tel que si on ne fait pas, la mère de famille en moi, la super organisatrice de tout, culpabilise jusqu’à se sentir très mal et ressasser dans sa trop petite tête ce qu’elle aurait dû proposer, ou ne pas proposer.

Dans ce cas, bye bye moment présent. Bonjour culpabilité, stress et regret.

Les vacances en camping requièrent un formidable lâcher-prise sur les enfants des voisins qui hurlent leur joie de vivre à 6 h 30 le matin dans tout le campement, sur les toilettes qui débordent jusque dans les douches, nous empêchant justement de nous doucher, sur les petits aléas de la vie en plein air (une chambre à air de vélo brisée, un pédalier de vélo grugé, une vessie pleine à 2 h 30 le matin…). Bref, je vous épargne le reste.

Quand mon esprit ne lâche pas prise, quand il se confine obstinément dans le mental, quand il est préoccupé par le faire, par la planification, par la gestion, par l’argent, ou lorsqu’il se soucie de demain, de la semaine suivante ou du mois prochain, je ne suis pas dans l’instant présent, ni dans l’être. Mon corps, mon être est dans un état second, tel un somnambule qui dort debout sans vraiment se rendre compte de ses faits et gestes. Or, lorsque je prends conscience de l’énergie qui m’entoure, lorsque je fais les choses dans l’amour, la paix et la joie, je me permets enfin d’être. Mon esprit apaisé, dans ce cas, me permet de mieux canaliser l’énergie, car je deviens le propre maitre de mes réactions, et non pas affectée inconsciemment par le tourbillon environnant. Donc, en étant, je demeure consciente dans l’instant présent.

D’ailleurs, la science le prouve : se permettre de ne rien faire n’est pas le comble de la paresse, au contraire! Durant ces moments de repos, où nous cessons un certain temps l’hyperstimulation de toutes les manières possibles, notre cerveau en profite pour faire un tri des données récentes et anciennes. La science appelle ce phénomène « le mode par défaut ». Ne rien faire est donc excellent pour notre mémoire et notre système nerveux. D’ailleurs, c’est souvent durant ces instants de repos et de méditation que surgissent les idées les plus ingénieuses.

Sachant que rien ne survient par hasard, que les petits aléas, les cocasseries, les incidents se présentent à nous pour notre propre évolution, j’ai le choix de résister ou de laisser couler tout ceci et de profiter, le cœur apaisé, le corps relâché, l’esprit en vacances, d’une semaine magnifique en compagnie de personnes exceptionnelles dans un endroit ensoleillé, magique, rempli d’une belle énergie, à nous faire réveiller le matin non pas seulement par les cris de certains enfants, mais aussi par le rire moqueur d’un écureuil perché dans un pin centenaire au-dessus de nous, par un vent marin qui caresse la tente ou par un soleil prometteur.

Laisser le stress et les préoccupations quotidiennes, même en vacances, peut s’avérer un défi de taille. L’idée ici n’est pas de rechercher la perfection du lâcher-prise à tout prix, mais de faire l’effort pour y parvenir, ne serait-ce que 5, 10 ou 15 minutes par jour…

Je vous souhaite une belle rentrée scolaire et une belle fin d’été, en toute conscience!

Johanick

xxx

 

 

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *