Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Je suis un arbre

Par  |  0 commentaire


Ahhh! La vie paisible des arbres! J’envie leur souplesse, leur stabilité, leur calme et leur étrange beauté, parfaite, équilibrée, en harmonie avec toute forme de vie. Les arbres sont fascinants. Regardez-les se plaire au soleil, danser au vent, briller sous la pluie. Ils sont émouvants dans leur attitude pacifique, joyeuse, même.

À quoi sert d’envier les arbres et ne rien faire pour leur ressembler? Pourquoi ne pas prendre notre vie en main, dès maintenant, pour s’initier au moment présent, pour s’enraciner un peu, beaucoup, profondément, ne serait-ce que quelques secondes? Ce serait au moins déjà ça.

J’essaie de faire comme eux. D’être comme eux. De faire partie de la gang (bonne chance, ma grande!) La meilleure façon d’essayer de se mettre à leur place, c’est de dérouler notre tapis et de pratiquer la posture de l’arbre. Mieux encore! Oublions le tapis et exerçons-nous sur la pelouse, pieds nus. Essayons de devenir un arbre à notre tour, souple, élégant et majestueux.

 

Facile à dire.

 

Pourquoi ai-je donc autant de difficulté dans cette posture d’équilibre, de calme mental et physique, perchée sur une seule jambe, les racines nerveuses et superficielles? Il suffit de perdre le focus, d’être un brin fatigué, de voir notre concentration s’envoler pour que s’effondre notre bel arbre… donc nous, à vrai dire.

Tout le monde connait cette posture, vous me direz. Qui n’a pas déjà essayé de se tenir en équilibre sur une seule jambe? C’est peut-être même la première posture de yoga que j’ai pu explorer. Néanmoins, je redoute encore, depuis toutes ses années, vrksasana. Ça et guerrier 3. C’est sans doute même la seule posture (avec guerrier 3. J’y reviendrai!) qui diffère autant d’une journée à une autre. Chaque fois, selon le moment de la journée et mon état d’esprit, cette posture cruciale s’installe dans mes pieds, dans mes jambes, dans mon corps et dans mon esprit, comme si je l’explorais pour la toute première fois de ma vie. Tantôt stable, souvent précaire, fragile. L’esprit parfois concentré ou pas du tout. Le tronc de mon arbre peut être solide et très haut lorsque j’amène le pied tout en haut de la cuisse, ou parfois fort court, lorsque le pied ne monte pas plus haut que la cheville. C’est ma posture coup de poing, ma posture précaire, celle qui révèle ma fragilité au grand jour: mon non-équilibre.

Je vous épargne la description de la posture. Les néophytes la trouveront ici. Elle n’est pas si simple qu’on le pense. Il faut s’enraciner, bien sentir le sol sous nos pieds. C’est une posture de force intérieure et de confiance en soi. Si le mental s’affole comme un hamster dans sa cage, votre posture va se déraciner et vous valserez sur un seul pied. Bref, ce qui se manifeste sur votre tapis n’est que le juste reflet de ce qui se passe à l’intérieur de vous.

Votre posture ne peut pas mentir, elle révèle TOUT de vous, où que vos soyez. Gardez bien ça en tête. Ou plutôt, oubliez-le et concentrez-vous. Moment présent, dans votre respiration. Pensez à cet arbre magnifique que vous êtes. Vos racines bien en place sous la terre, vous ne faites qu’un avec votre tapis de yoga et c’est maintenant que votre tronc se définit, court, peut-être au début, avec un pied à la cheville. Ou bien long et tranquille, le pied ramené tout en haut de la cuisse. Vos branches peuvent se déployer tout en haut, afin que votre arbre magique rejoigne le soleil. Peut-être votre arbre se déploie-t-il en largeur, les bras cherchant un lointain horizon, d’imperceptibles aventures? Ou votre arbre devient-il introspection, les mains jointes au coeur, puisant sa force dans des endroits seuls connus de vous? Ou bien peut-être les branches se révèlent-elles timides, frileuses, fragiles, comme si un vent fou essayait de déstabiliser votre bel arbre… Peu importe comme se comporte votre arbre en ce moment. Il est la parfaite représentation de vous-même, incarnation parfaite en ce moment même, avec vos doutes, vos incertitudes, votre fragilité, un ego capricieux qui peut parfois donner la migraine. Rien ne sert de vouloir qu’il soit parfait en ce moment. Il le deviendra sans doute un jour. Votre arbre est un peu fatigué? Utilisez un tuteur. Adossez-vous à un mur, partiellement, afin de maintenir votre équilibre. Votre mental pourra se reposer un peu et votre souffle se détendre.  

Quel est l’intérêt de devenir un arbre, l’espace de quelques minutes? Cette posture renforce les chevilles et tout le corps, jusqu’aux épaules. Elle ouvre magnifiquement les hanches, surtout lorsque le tronc de votre arbre se dégage, un pied bien appuyé contre la cuisse opposée. Qui a dit que cette posture était simple? Elle est parfaite pour travailler notre équilibre, notre concentration, notre respiration et notre connexion avec l’infini.

 

En yoga, exécuter une posture ne sert pas à grand-chose si nous ne devenons pas cette posture. Devenez un arbre.

 

C’est ce que je ferai dans 5. 4. 3. 2. 1.

 

Johanick

xxx

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *