Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Être parent au ralenti

Par  |  4 Commentaires

Être nouveau parent implique son lot d’interrogations, d’inquiétudes, de remises en question et de manque de sommeil. J’aime voir cette période comme un don de soi. Ça me fait me sentir importante. Importante et essentielle pour ces enfants qui dépendent de moi. Ça soulage et ça apaise. Puis quand je ne dors pas, je me fais une liste mentale de ce que la maternité m’a apporté et ça ressemble à ça :

J’ai compris que ma vie était à jamais changée

Tout change. Pas seulement la vie de couple. Au tout début, on a l’impression qu’il n’y aura que notre routine, nos habitudes quotidiennes qui devront être revisitées. On se rend vite compte qu’il est impossible de prévoir une sortie comme avant. Il faut maintenant penser à apporter une panoplie d’essentiels, prévoir un arrêt en route pour nourrir le bébé, s’assurer de ne pas rentrer trop tard … Puis, même nos ambitions et nos amis peuvent changer et c’est OK. Ça fait partie de la vie. On change, on s’adapte, mais fondamentalement on reste les mêmes.

J’ai laissé tomber la perfection

J’ai encore beaucoup de difficulté à voir ma maison en bordel, avec sa vaisselle sale et ses planchers collants. J’ai encore beaucoup de difficulté à recevoir avec un plat de pâtes (lorsque je daigne inviter des gens dans ma poubelle). J’ai encore beaucoup de difficulté à ne donner que mon 100% au travail (un truc de workaholic ça…). Et pourtant, lorsqu’on met tout ça de côté et qu’on se ramène à l’essentiel, on voit de splendides choses. Choses qui nous seraient passées sous le nez si ce n’avait pas été le cas. La petite enfance passe trop rapidement pour tenter la perfection. Soyons des modèles d’authenticité pour nos enfants en reconnaissant que nos idéaux sont de beaux objectifs, mais ne sont pas des absolus. 

J’ai commencé à chérir les rituels et les traditions

À la maison, on prend maintenant grand soin de chaque moment qui passe. On accorde une importance particulière aux changements de saison, aux cycles lunaires, on se fait une obligation de regarder les perséides, le démarrage du jardin est un moment de joie et de rires, le ramassage des feuilles mortes n’est plus une corvée et le grincheux qui n’aimait pas Noël (mon amoureux) s’est même laissé embarquer dans la ronde des festivités. Tous ces moments se figeront dans ma mémoire et dans celle des enfants. Le temps passé ensemble, voilà ce dont on se souviendra dans quelques années. Précieux.

J’ai accepté de demander et recevoir de l’aide

Ce n’est vraiment pas évident quand on n’y est pas habitué… Notre ego en prend un coup lorsque l’on doit demander de l’aide. Pourtant, il y a de ces moments où c’est réellement nécessaire. C’est là que j’ai vraiment compris le sens de « communauté ». J’ai accepté de demander et de recevoir, mais je prends maintenant aussi plaisir à offrir de l’aide quand je suis en mesure de le faire. On se renvoie la balle entre amis et dans la famille et on sait qu’on peut compter sur les autres en cas de besoin. 

J’ai appris à suivre le rythme des enfants

Là où il faut que je fasse la plus grande preuve de patience, c’est dans l’escalier, derrière ma fille. Elle s’assoit sur une marche. En monte une puis en descend deux. S’arrête pour faire bye-bye de la main aux jouets qui restent en bas. Veut de l’aide. Ne veut plus d’aide. Je respire et j’accompagne. Bien sûr, il y a de ces moments où je dois presser les enfants, mais je tâche que ça arrive le moins possible et je me branche à leur vitesse. Ils ont tellement à nous apprendre. Lorsqu’on doit aller vite, je chante, je propose des choix, j’attire l’attention vers où il faut aller ou je joue au jeu actif « de quoi a-t-on besoin pour aller dehors? ». 

J’ai finalement reconnu l’urgence de « s’accorder du temps pour soi »

Les douches se font plus rares. On oublie carrément les bains. Quelqu’un a dit pédicure? Les premiers mois sont difficiles… Mais, après un temps, je me suis rendu compte que ces petits moments juste pour moi étaient nécessaires à ma bonne santé mentale. Une maman en forme et joyeuse, ça donne des enfants heureux. Je ne réussis pas à prendre un long bain chaque soir, mais je m’accorde plusieurs petits moments chaque jour pour penser à moi. Être un brin égocentrique quelques minutes pour me sentir bien et belle. Et quand je me sens bien et belle, c’est beaucoup plus facile d’être présente, attentive et bienveillante avec les petits.

En bref, être parent ça te change une vie. Ralentir est le mot d’ordre dans ma maisonnée et les résultats qui en découlent sont magiques. Je suis parent au ralenti.

Et toi?

Camille Laperle, Naturopathe

Soins naturels pour la femme et sa marmaille

Site web : www.camillelaperle.com

Camille Laperle aide les mamans à entrer dans la maternité en douceur après la naissance de leurs enfants. Elle les guide afin qu’elles prennent confiance en elles et s’accordent toute l’importance méritée. Elle est doula postnatale et naturopathe pour mamans & enfants. Elle milite pour une vie plus slow, le gros bon sens et un retour à l’essentiel.

4 commentaires

  1. Sonia Plouffe

    15 janvier 2015 à 12:41

    J’a.do.re ton article Camille! Ça me rejoint énormément. Moi aussi j’ai fait ce choix de savourer la maternité et de «prendre le rythme des enfanst». C’est vrai que c’est très précieux, que ça ne revient pas et que ça construit les fondations pour une vie à venir…

    Mes enfants ont 12, 9 et 4 ans. Ce week-end, je prends une vraie fin de semaine d’amoureux avec mon chum pour la première fois en 16 ans! La clé, c’est vraiment de savourer chaque journée et c’est vrai que le lâcher-prise, c’est tout un travail!

    Merci pour ce partage!

  2. Camille Laperle

    15 janvier 2015 à 1:23

    Ah merci Sonia, ça fait chaud au coeur. Une journée à la fois. C’est vraiment le mot d’ordre. Ça permet d’être présent et de savourer pleinement! Bon week-end en amoureux!! Profitez amplement 🙂

  3. Pingback: Lectures de la semaine - Une vie marginale et heureuse

  4. Pingback: Lectures de la semaine - Marginale et heureuse

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *