Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Êtes-vous souples?

Par  |  0 commentaire


Ahhh! La fameuse souplesse du yogi!

On en entend souvent parler : dans nos cours de yoga, dans nos conversations (« T’es TELLEMENT souple! Moi, j’suis pas souple! »), et même en solitaire, sur notre tapis de yoga (« Eh! J’suis donc ben rendue souple! » ou bien « Aïe! Mes pauvres articulations! »).

Comme vous le savez, je pratique les 5 rites tibétains quotidiennement depuis plusieurs mois. Dans l’article précédent, je vous confiais mon incapacité de faire plus de 15 répétitions de chacun des mouvements, 21 étant le nombre de répétitions requises pour profiter pleinement des nombreux bienfaits de ce rituel.

Incapable, moi?

Erreur!

J’ai sous-estimé ma capacité à m’assouplir à l’exercice. Cet hiver, en faire plus que 7 m’arrachait une grimace d’inconfort. J’ai graduellement augmenté à 15. Depuis peu, j’en fais 21 pour chacun des mouvements, alors que je scandais haut et fort dans l’article précédent que mon pauvre dos de 120 ans ne me permettait plus autant de souplesse… Eh bien! Le manque de souplesse revient peut-être à mon esprit qui croyait que le corps n’allait pas suivre…

Du coup, il me vient en tête que le lien entre la souplesse du corps et la souplesse de l’esprit n’est pas illusoire. Les deux s’emboitent parfaitement. Pourrait-on dire qu’à chaque esprit, le corps qu’il mérite?

Elle est là, la beauté du yoga. En-dehors de ses élégantes postures et de ses torsions et contorsions qui déclenchent parfois des rires éloquents dans ma classe du lundi (« Ah! Ah! Ah! Regardez comme je ne suis pas souple! »), le yoga nous amène chaque jour à un dépassement de soi extraordinaire, à une évaluation quotidienne de la souplesse de notre machine, qui n’est pas sans liens avec la souplesse de notre esprit, de nos émotions, de nos pensées et de nos perceptions. Mais pour penser ainsi, pour comprendre le concept, il faut tout d’abord l’expérimenter. D’ailleurs, Swami Vishnudevananda ne disait-il pas qu’« Une once de pratique vaut mieux que des tonnes de théories? » Quelle citation pleine de sagesse! On ne peut pas s’accorder sur l’assouplissement de notre esprit tant qu’on n’a pas déroulé le tapis et mis à l’épreuve notre pauvre corps crispé par les tensions, le stress et le surmenage.

Dans cette suite d’idées, l’enfant ne perd-il pas sa souplesse au moment où son esprit s’endoctrine petit à petit, au moment de la construction de son ego? Je ne fais que réfléchir tout haut. N’empêche, le sujet mérite peut-être qu’on s’y intéresse.

À bien y penser, l’idée n’est peut-être pas si bête. Après tout, la rigidité de nos émotions et nos tensions physiques ne sont telles pas le résultat de dysfonctionnement de nos chakras : les problèmes de la colonne vertébrale? Premier chakra. Les rhumatismes ou l’arthrite? Deuxième chakra. Problème musculaire? Troisième chakra. Les dépressions, les peurs, le stress, les maladies en ite, en ète, en ose, en isse… Toutes reliées au mauvais fonctionnement des chakras.

Il est possible de renverser la roue, donc de retrouver notre souplesse et nos idées claires, un pas à la fois, dans la pratique énergétique qu’est le yoga. Au fur et à mesure que l’énergie jaillit de nos chakras, notre corps meurtri retrouve son endurance et sa souplesse. Notre cœur s’ouvre, notre colonne vertébrale s’assouplit tel un roseau gracile, nos émotions s’apaisent, nos idées fusent comme par magie et nous devenons alors plus ouverts aux changements qui s’offrent à nous. Notre corps et notre vie ne font qu’un. S’ils se sclérosent ensemble, ils peuvent aussi s’assouplir ensemble.

Avant de déverser une tonne de théorie… je préfère de loin la pratique. Inutile d’essayer de prouver quoi que ce soit par écrit… il suffit de dérouler notre tapis. Justement, ce matin, dans la posture du pont, mon pauvre genou droit protestait légèrement. Éloquent!

Bonne souplesse!

Johanick

xxx

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *