Boutique Vivre en Yoga Boutique Vivre en yoga

Ça vient tellement me chercher !

Par  |  2 Commentaires


Je te lance cette idée : Le comportement de ton enfant (et surtout la réaction qu’il provoque chez toi) est la clé de la difficulté intérieure que tu vis.

Ta réaction est peut-être: C’est vraiment difficile de prendre du recul, ça vient trop me chercher!

Oui! Plusieurs fois dans une journée ton enfant vient te chercher: il provoque ton impatience et ton impulsivité. C’est littéralement ça: il vient te chercher… pour que tu sois AVEC lui. Parce qu’il est directement branché sur toi et que si tu ne vibres pas bien, il ne va pas bien.

Donc son travail, puisqu’il est ton meilleur enseignant, c’est de mettre le doigt sur ce qui ne va pas chez toi, en t’exprimant un comportement assez difficile pour que tu n’aies pas le choix de t’en occuper (de lui, de son comportement et surtout de toi)!
Et si la difficulté venait surtout du fait que tu cherches à éviter cet inconfort (provoqué par le comportement de ton enfant) à l’intérieur de toi? Ton objectif ne doit pas être de ne pas ressentir d’impatience, ni de colère, ni de découragement. Mais plutôt de dire oui: accepter que tu dois ‘’dealer’’ avec ton impatience et non pas la faire disparaître, à tout jamais. Y plonger pour obtenir des réponses.

Quand tu arrives à t’arrêter et vivre cet inconfort avec conscience (laisser monter l’émotion, la ressentir et te la nommer), tu obtiens la clé pour dénouer cette impatience/colère qui monte quand ton enfant ‘’vient te chercher’’. En allant voir le besoin qui se cache derrière ton émotion, tu trouves exactement ce sur quoi il faut que tu mettes ton attention pour te transformer et être plus calme dans les situations tendues et difficiles.
Étude de (mon) cas
Un de mes enfants a régulièrement des comportements que je juge obsessifs :

  • Vouloir couper tous les petits fils qui dépassent sur ses vêtements.
  • Ne pas vouloir changer son manteau d’hiver, même si le printemps est arrivé.
  • Remettre sa chaussure 5 fois parce que le lacet n’est pas bien placé.
  • Replacer 8 fois les couvertures du lit avant de pouvoir dormir.
  • Refuser de mettre une paire de bas parce qu’ils sont usés.

 

Hier, je reçois des papiers d’impôts, donc liés à l’argent, donc stressants pour moi. J’en profite pour prendre quelques minutes et remettre tout ce qui traînait à ce sujet depuis quelques semaines dans le classeur. 

On est en plein dans le ‘’happy hour’’ du retour à la maison, le plus jeune crie pour de l’aide, je crie à mon plus vieux pour qu’il l’aide… Bref, la tension monte.

Et bam! Fiston arrive avec un de ces comportements qui me met, à ce moment, hors de moi : On doit aller couper un de ses ongles qui ‘’accroche’’.

Et comme je ne vibre pas bien (on se souvient des rapports d’impôts), je bloque complètement. C’est un non catégorique dont voici la traduction libre : «Tu ne veux pas que je les coupe avant le dodo le soir, tant pis, là c’est pas le bon moment, endure!»

Je me regarde aller. C’est clairement pas ça que j’ai envie de vivre avec mon enfant à ce moment. Encore moins le type de réponse que je veux lui donner quand il est dans cet état de vulnérabilité…

Je me branche sur ce que son comportement fait monter en moi…

… de l’impuissance …

Ouep. Je fais ensuite 1 + 1 et j’arrive à trouver le fil conducteur entre le comportement de mon fils et les papiers d’impôt : le même sentiment d’impuissance…

Sentiment aussitôt nommé, sentiment aussitôt disparu.

Je sors de mon cerveau rouge et je prends conscience que ma réaction à la demande de mon fils à beaucoup plus à voir avec mes impôts qu’à son besoin à lui…

Redevenue calme, je peux lui offrir un traitement royal, avec beaucoup d’humour et d’amour : direction salle de bain pour prendre soin de ses petites mains. Et c’est exactement ça le genre de mère que je veux être.
Sonia xo

PS. Jette un œil sur mon nouveau cours gratuit dans lequel je te guide à trouver cet équilibre entre la maman-monstre et la maman-sensible qui cohabitent parfois à l’intérieur de toi.

Voici le lien vers le cours: soniaplouffe.com/etre-une-mere-plus-calme

J’ai la profonde conviction que c'est en apprenant à connecter à tout moment avec ton enfant que tu deviens la mère que tu désires être. Je suis moi-même une maman impatiente et impulsive – avec tout ce que ça implique. Mais j’ai toujours entendu mon intuition me parler et je n’ai jamais cessé de l’écouter. Comme toi, je savais à l’intérieur de moi qu’il y avait une meilleure façon de faire. Une façon d’être avec mes enfants qui ne me mettrait pas en conflit avec moi-même. Je sais que lorsque tu ne parviens pas à prendre soin de toi, tu demeures une maman en amour avec ses enfants, mais dont les premiers réflexes sont souvent l’impatience, l’impulsivité, le découragement et l’isolement. Voilà pourquoi j’ai choisis d’aider les mères impatientes à mieux interagir avec leur enfant: pour qu’elles aient le cœur et l'esprit en paix.

2 commentaires

  1. Martine

    15 mai 2016 à 10:53

    J’adoooore !! Merci pour cet article ☺

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *